Entreprendre à 50 ans, Marie-Hélène Darchy

E

ntreprendre est une expérience que l'on peut se proposer à tout âge. La maturité - professionnelle et personnelle - est un atout dans notre jeu lorsque l’on a envie de se proposer un nouveau défi professionnel. Pourtant, je ne compte plus le nombre de discussions dans lesquelles j’ai entendu, « j’ai pensé aussi à me lancer, je l’aurais fait mais plus jeune ... là c'est trop tard » ou encore « ça me plairait, mais je n’ai plus l’âge pour ça ». Les media mettent surtout en avant des entrepreneurs d’une vingtaine d’années, la moyenne d’âge des créateurs d’entreprise est d’environ 35 ans. Les entrepreneurs sont principalement des hommes, mais de plus en plus de femmes osent prendre le risque de la création ou reprise d’entreprise.

“L’agilité, la créativité, l’innovation et l’envie d’apprendre n’ont pas d’âge”

J’ai eu la chance de rencontrer Marie-Hélène il y a presque 4 ans à la CCI de Lyon. Elle a cette capacité à clarifier les mécanismes et à simplifier les choses sans être simpliste. C’est une femme indépendante qui m’inspire beaucoup et j’ai eu envie de partager son expérience avec vous. Marie-Hélène s’est prêtée au jeu de l’interview. Merci à toi.

Quel est ton parcours?

M.H “J’ai travaillé dans le domaine de la formation en tant que salariée pendant 25 ans, dont 10 ans comme responsable qualité. Je gérais des projets liés à des évolutions stratégiques, organisationnelles ou opérationnelles, et impliquant donc de l’accompagnement du changement.

Il y a 5 ans, je suis partie dans le cadre d’un plan départ volontaire. Dans ce cadre, je devais suivre une formation longue, et j’ai choisi de mettre un diplôme sur mon expertise. Au même moment, j’ai accompagné mon premier client en tant qu’indépendante. Un jour, j’ai vu un logo qui me plaisait sur une camionnette. J’ai fait des recherches sur l’entreprise, c’était une toute jeune entreprise, et j’ai adoré leur projet. Alors je les ai contactés pour leur proposer de les aider à se structurer. C’est comme ça que ça a commencé.

Ce simple e-mail a donné des résultats que je n’aurais jamais imaginés. Pendant cette première mission, j’ai identifié qu’accompagner le dirigeant d’une petite structure demandait aussi des compétences en coaching, car la dynamique de changement était individuelle, et donc différente d’une dynamique collective de changement telle que je l’avais déjà expérimentée auparavant. Je souhaitais continuer à accompagner des petites entreprises. Alors je me suis formée au coaching pendant un an, tout en réalisant mes premières missions.

Ensuite, j’ai commencé à accompagner des petits organismes de formation qui voulaient faire évoluer leurs pratiques et leur organisation, dans le cadre d’une démarche qualité amenée par un changement de réglementation. Mon réseau professionnel a suscité les premiers contacts, et mon activité s’est ensuite développée par le bouche-à-oreille

Que veut dire « entrepreneuriat » pour toi?

M.H ” Selon moi, entreprendre c’est travailler beaucoup, et à plusieurs niveaux : créer, produire, prospecter, communiquer, piloter, le tout en restant cohérent. C’est travailler sur plusieurs sujets simultanés avec, à la fois, des prises de hauteur et de l’ultra opérationnel. Quand je dis « travailler beaucoup », ce n’est pas seulement un nombre d’heures. C’est avant tout la question de l’énergie que l’on y met. Innover, fixer ses propres règles, générer son salaire avec ses petits bras musclés, et surtout oser.

Dans le Larousse, la définition d’entreprendre est « commencer à exécuter une mission longue et complexe”. En effet, c’est sans fin ! On s’adapte en permanence et rien n’est jamais acquis. D’autres idées naissent aussi”

Est-ce que l’âge est un atout ou un frein à tes yeux?

M.H “Les deux ! Mais je crois que les atouts restent supérieurs car on a une expertise reconnue, un réseau professionnel, de la pertinence sur les sujets, et du recul sur les situations. Là où l’âge peut être un frein, c’est l’énergie ! Une nuit blanche, ça ne se récupère pas tout de suite, pas comme à 20 ou 30 ans !

Je pense que l’on a besoin d’équilibre, donc on fait preuve de plus de réflexion avant de se lancer. En revanche, l’agilité, la créativité, l’innovation et l’envie d’apprendre n’ont pas d’âge.”

Quelles questions se pose-t-on à 50 ans quand on se lance ?

M.H “Mille questions à la minute! Et on se pose les mêmes questions qu’à 20 ans. Je pense que les questions ne sont pas liées à l’âge, qu’elles sont plutôt liées à d’où on vient et où on veut aller : Qu’est-ce-je risque? Qu’est-ce que je souhaite ? Qu’est-ce qu’il m’empêche de me lancer?… Souvent, les réponses sont liées à la situation personnelle et professionnelle plus globale, au stade où on en est dans sa vie, et non à l’âge.

Mon expérience de vie m’a aidé à savoir ce qui est bon pour moi ou non, et je sais ce que je veux ou non. Aujourd’hui, à 50 ans, j’ai des réponses différentes de quand j’avais 20 ans, même si les questions sont les mêmes.”

Pourquoi avoir choisi le portage salarial et non pas la création d’une société ?

M.H “Entreprendre n’est pas un statut juridique. Le portage salarial a été mon choix car j’ai été accompagnée au démarrage par une couveuse, et j’ai apprécié de pouvoir concentrer mon énergie dans la création de mon offre et le suivi de mes clients. Je voulais rester dans cet écosystème, et dans cette société de portage qui me correspond. Le statut n’a pas d’importance pour moi. Ce que je veux, c’est mener mes missions, et que mes clients soient contents.”

Quel conseil amical pourrais tu donner à celles qui souhaitent changer de projet professionnel et se lancer à 50 ans ?

M.H ” Bien se connaître, s’interroger sur ses réelles motivations. Aux yeux des clients, tu incarnes une compétence et une expertise. Etre entrepreneur, ce n’est pas juste vendre quelque chose, mais porter une vision. Être entrepreneur, c’est aussi profiter de chaque occasion pour apprendre et faire mieux la fois d’après.

Noter chaque jour ses petits pas. Parfois, on ne se rend pas compte de tout ce que l’on a fait, alors qu’en réalité, on construit en permanence, petits pas par petits pas. Parfois, on a l’impression que l’on n’avance pas, alors qu’en réalité, on parcourt du chemin. Ecrire me permet de rendre compte de cela, de maintenir la motivation, et de me recentrer sur mes intentions et mon intégrité.”

“Être entrepreneur ce n’est pas juste vendre quelque chose mais porter une vision.”

Lire “Défis professionnels et soin de soi à 50 ans“retrouvez le partage d’expérience de Marie-Hélène
Marie-Hélène Darchy, consultante Pulsance

photo: https://www.youtube.com/watch?v=u-bSPWxo7GY 

TOP