Les Exponentielles

Comment le Shiatsu peut vous aider à être plus en forme

J’ai rencontré Isabelle Randrianatoavina, praticienne et professeure de Shiatsu, dans son cabinet lumineux et accueillant de la Croix-Rousse car je souhaitais mieux comprendre « les mécanismes » de cette thérapie manuelle.

Depuis un peu moins d’un an, je m’accorde des séances de Shiatsu au cabinet de Jessica Valter – ancienne élève d’Isabelle – dès que j’en ressens le besoin soit pour traiter une douleur articulo-musculaire soit pour relancer la « machine » quand je me sens particulièrement fatiguée. J’ai été tout de suite séduite par ces séances. Premièrement parce que ça a très bien marché pour moi et, deuxièmement, parce que j’ai particulièrement aimé la manière dont se sont déroulées les séances.

1. Le Shiatsu en France

Avant tout, parlons du statut du Shiatsu en France.
Le Shiastu est reconnu par le Sénat en France comme l’une des « médecines non conventionnelle digne d’intérêt » depuis 1997 et reconnue par l’OMS. Le gouvernement français ne souhaite pas créer de nouveaux métiers dans le domaine de la santé qui seraient remboursés par la Sécurité Sociale, les débats ont été déjà nombreux sur l’Ostéopathie. Pour qu’une médecine soit conventionnée, elle doit faire l’objet d’une étude scientifique selon un protocole précis, cela implique en amont la volonté de créer un nouveau métier de santé.

Néanmoins, vous pouvez vous renseigner auprès de votre mutuelle, les séances de Shiatsu peuvent être partiellement ou totalement remboursées à l’instar des séances de Naturopathie et d’Ostéopathie.
Les prix sont proches de ceux pratiqués en Ostéopathies et Naturopathie, entre 60 et 90 euros et les séances durent entre 1h00 et 1h30.

Avant de partager avec vous ma propre expérience, je souhaite vous partager mes échanges avec Isabelle sur cet art thérapeutique.


2. Tout sur le Shiatsu

Rencontre avec Isabelle, praticienne de Shiatsu

Julie. Isabelle, Comment avez-vous connu le Shiatsu?

Isabelle. Lors d’un bilan de compétences, j’ai identifié mon envie de pratiquer un métier qui ajoute une dimension manuelle à un travail intellectuel. J’ai travaillé dans le domaine de l’art théâtral pendant des années et l’art du soin du corps m’a intéressé. Je pratique également des arts martiaux, j’ai entendu parler du Shiatsu grâce à une amie qui le pratiquait notamment sur moi. Ensuite, j’ai suivi les 5 ans de formation en Shiatsu et j’ai pratiqué immédiatement car c’est une technique manuelle avant tout.
(Commentaires: Actuellement la durée de formation est de 4 ans).

Qu’est-ce que le Shiatsu ?

Julie: Comment pourriez-vous définir le Shiatsu ?

Isabelle: Le Shiastu est une thérapie manuelle japonaise inspirée de la Médecine Traditionnelle Chinoise, elle-même inspirée de la médecine traditionnelle d’Inde.
Au Japon, tout comme en Chine, pour être Maître en Arts martiaux cela implique de maîtriser simultanément des Arts Martiaux Internes (technique de respiration, absorption, souplesse, fluidité, force profonde rentrée) comme le Tai Chi Chuan et Externe (explosion, force, dureté, frappe puissante) comme le Karaté, ainsi que la diététique, la pharmacopée, les thérapies manuelles telles que le Shiatsu au Japon et le Tuina en Chine. Il s’agit avant tout d’un mode de vie.
Traditionnellement, le Shiatsu s’inscrit dans une approche globale de l’individu, son corps et son esprit, l’intérieur et l’extérieur, l’infiniment grand et l’infiniment petit.
Le Shiatsu est une des pratiques en lien avec un mode de vie équilibré. Lors d’un soin, on aide le corps à mieux faire circuler l’énergie grâce aux pressions sur les méridiens, comme en acupuncture mais en utilisant principalement le bout des doigts au lieu d’aiguilles. Cela permet de rééquilibrer le fonctionnement de l’organisme.

Que fait-il pour vous :

Julie: Est ce que l’on peut comparer l’énergie dont vous parlez à la vitalité dans sa définition de capacité à se mettre en action ?

Isabelle: Oui, c’est tout à fait cela, les méridiens se trouvent sur les organes, les muscles et le réseau veineux et lymphatique donc grâce aux pressions exercées, on peut aider un organe peu actif à se remettre en action ou, au contraire, à réduire un excès d’activité. L’équilibre est dans la juste mesure, sans apathie sans zèle non plus. Par exemple, si vous avez une tendinite, on peut travailler la zone de douleur pour la soulager mais l’objectif de la séance est de comprendre la cause de la douleur. La première intention sera de vérifier le niveau d’énergie du foie et de la vésicule biliaire car l’inflammation peut être signe d’un manque ou excès activité au niveau du couple foie/vésicule biliaire. Mais chaque séance est unique et personnalisée, donc on doit explorer étape par étape.

Julie: Donc, on peut également venir faire une séance pour recharger les batteries ?

Isabelle: On peut sentir de la fatigue car on a un excès ou un manque d’énergie d’un organe ou d’un manque de fluidité de la circulation dans le corps. Le circuit, dit circuit d’énergie en Shiatsu, suit la cartographie de la circulation sanguine/lymphatique, le réseau nerveux et musculaire.

Mes commentaires:

La cartographie de la circulation d’énergie et des méridiens issue de la Médecine Traditionnelle Chinoise suit la cartographie des flux d’informations des réseaux nerveux et des réseaux de transports de substances vitales grâce au sang et liquide lymphatique. En résumé, elle trace le même réseau complexe qui permet au corps de se mettre en action sans une intervention volontaire de notre cerveau.

Un excès ou un manque d’activité/d’énergie ne signifie pas que l’organe ou l’organisme est malade. Pour illustrer le propos, on peut comparer cela à l’hyperactivité ou la fainéantise d’un organe; trop ou pas assez rompt l’harmonie des mécanismes comme un grain dans un rouage. Si c’est le cas, un inconfort voire des douleurs sont ressenties et le corps va oeuvrer pour retrouver son équilibre. A long terme, les déséquilibres peuvent créer un terrain propice à l’apparition de maladies chroniques qui nuisent à la qualité de vie surtout en avançant dans l’âge. Par ailleurs, dans la culture Chinoise et Japonaise la notion d’énergie dépasse cette notion purement physiologique et mécanique.

Au sujet de la fatigue…

Je voudrais également apporter des précisions sur la notion de fatigue. La fatigue passagère est tout à fait normale, elle indique que l’on doit ajuster notre comportement, en nous reposant plus (pour que le corps puisse se réparer, se régénérer) ou en mangeant mieux (fournir un carburant de meilleure qualité) en premier lieu. Parfois, on peut donner un coup de pouce à l’organisme avec des plantes, des compléments alimentaires ou par des techniques manuelles pour l’aider à se remettre en activité en corrigeant des déséquilibres.

Une fatigue durable c’est-à-dire d’au moins 3 mois malgré du repos et une bonne hygiène de vie qui s’accompagne de nausées, d’apathie, de fièvre modérée, de douleurs articulaires, de perte de poids ou tout autre symptôme inhabituel nécessite de consulter un médecin. Une fois l’examen clinique réalisé et le diagnostic posé par le médecin, il est tout à fait possible de recourir à la Naturopathie ou au Shiatsu en complément.

Julie. On parle beaucoup de vitalité, capacité et intensité de mise en action, quelle est l’influence des saisons sur notre vitalité ?

Isabelle. En Médecine Chinoise, les observations de la nature et celle du corps ont permis de répertorier et classer des connaissances sur plusieurs siècles.
Les observations ont été les suivantes, en hiver, la nature se replie vers l’intérieur et utilise le minimum d’énergie. Notre corps fonctionne de la même manière, il économise son énergie et l’utilise pour le minimum vital. Le froid entraîne un raidissement du corps et les tendons sont plus rigides. Si vous faites un sport qui requiert de la souplesse, vous observerez que vous devez vous échauffer plus longtemps et être plus prudent lors de vos mouvements mobilisant vos tendons et articulations. Il est préférable d’éviter de commencer la course à pied en hiver par exemple. Ce n’est pas le meilleur moment.

Le printemps, est la saison de l’expansion, on pense la nature endormie et soudain en quelques jours les bourgeons apparaissent, la nature « explose » et il en faut de l’énergie pour faire cela. Les chinois ont une cinquième saison appelée intersaison. C’est une période de transition, pendant cette période dans le monde végétal, l’énergie remonte de la terre pour permettre l’éclosion. Pour le corps c’est pareil, le corps se prépare aux beaux jours, l’organisme se réactive et le foie en profite pour se régénérer avant l’arrivée des beaux jours.
(Commentaire: En effet, dans la nature la sève monte en février/mars avant l’apparition des premiers bourgeons.)

Le saviez-vous ? Le foie est le seul organe capable de se régénérer entièrement. La médecine moderne a démontré qu’après une ablation partielle du foie, il est capable de retrouver 100% de son poids en régénérant la partie manquante. Un foie intoxiqué est capable de se nettoyer et de se régénérer si on adopte les bons comportements et en lui apportant les soins nécessaires.

Le foie est un organe vital, il a une fonction énergétique majeure. Au printemps et en été, le corps peut faire le plein de nutriments et vitamines, un foie en bonne santé assure correctement sa tâche et nous serons en forme pendant les beaux jours. Nous serons également plus en forme en automne et hiver car en fournissant du carburant de bonne qualité au corps, il permet son stockage également.

Le Shiatsu et les Émotions

Julie: Le Shiatsu agit-il également sur notre humeur ?

Isabelle: Oui, car nos émotions impactent notre humeur. Les émotions sont des réactions chimiques du corps associées à un stimulus (peur, rumination mentale, joie, colère et tristesse).

Les Émotions ne sont pas des pensées comme les sentiments. Ce sont des réactions chimiques qui modifient notre état physique afin d’assurer notre survie. La peur activée par un stimulus active des réactions chimique qui entraînent des modifications corporelles qui nous préparent à la fuite, l’attaque ou à l’immobilité selon les personnes et les situations. Quand « la machine » ne fonctionne pas correctement, elle peut provoquer des réactions chimiques incontrôlées et déconnectées de tout stimulus immédiat.
Alors en rééquilibrant le fonctionnement, on évite les dysfonctionnements.


Merci à Isabelle pour ces échanges qui auront – je l’espère pour vous aussi – levé le voile sur une pratique encore peu connue en occident. Cette pratique garde une part d’insaisissable pour nous, occidentaux, car la pratique est bâtie sur une culture orientale que nous savons très différente de la nôtre. L’expérience d’une séance permet de mieux comprendre ce que les mots ont du mal à définir car comme toute technique manuelle elle se vit plus qu’elle ne se conceptualise par l’esprit.

J’ai néanmoins observé des points communs avec mes connaissances en Naturopathie et nos connaissances scientifiques sur le fonctionnement du corps. C’est une discipline qui encourage à renouer avec un soin global et constant apporté au corps.

3. Mon retour d’expérience

Après un questionnaire complet, Jessica (ma practicienne) fait un premier diagnostic et explique ensuite ce qu’elle a identifié et va travailler. Cela ressemble fortement à une séance d’ostéopathie selon mon expérience des deux pratiques.

Ce que j’ai particulièrement aimé dans mes séances de Shiatsu.
Le soin se rapproche de l’ostéopathie par les pressions et le contact des mains mais il y a moins de manipulation, le praticien ne replace pas une côte par exemple. Dans mon cas, j’avais une épaule bloquée, le soin a permis de lever les tensions musculaires et de récupérer la mobilité de mon épaule.

On retrouve la pudeur, la finesse et l’hospitalité de la culture japonaise. J’ai adoré. Par pudeur, on garde nos vêtements, on retire seulement nos chaussures et notre pull si nous sommes en hiver. En Shiatsu, le praticien travaille au sol sur un futon sur lequel est déposé un linge qui est évidemment remplacé pour chaque personne. Le contact du futon et du linge est bien plus agréable que celui du papier blanc des cabinets médicaux et paramédicaux.

Chaque praticien choisit ensuite dans quel cadre il souhaite pratiquer. Jessica a choisi une décoration, une ambiance musicale et olfactive dans la veine du zen mais son cabinet est avant tout clairement un lieu de santé et non de massage. Son cabinet à Tassin-la-Demi-Lune est tout simplement plus accueillant qu’un cabinet médical sans ressembler non plus à un salon de massage ou à un SPA.
Ce cadre moins froid et peu médicalisé me convient mieux. Je me sens plus détendue et plus à l’aise, mais cela est mon opinion. On peut préférer retrouver les codes des cabinets médicaux. Vous pourrez poser des questions sur l’ensemble de la méthode au praticien avant de prendre rendez-vous.

4. Comment choisir son praticien ?

Le plus important est de vérifier que le praticien a obtenu son certificat gage de validation de l’ensemble des compétences ou en quelle année de formation elle/il est. Les praticiens formés dans les écoles listées ci dessous m’ont été particulièrement recommandés:

  • L’ ISF (IokaÏ Shiatsu France) supervisée par Maître Sazaki
  • La FFST (Fédération Française de Shiatsu Traditionnel)
  • Terre de Shiatsu

Avant de prendre votre premier rendez-vous, je vous conseille d’appeler le praticien ou la praticienne et de lui poser toutes vos questions notamment sur sa formation, son école, sa méthode, le cadre de sa pratique et évidemment ses prix ! Si les réponses sont claires et précises, c’est bon signe. Si les réponses sont bercées de mystère ou que votre interlocuteur se montre agacé, je dirais que c’est à l’inverse, mauvais signe.

Idéalement, choisissez un praticien recommandé par un proche ou par un professionnel de santé y compris les pharmaciens. Si personne ne peut vous conseiller, vous pouvez regarder la liste des adhérents du syndicat reconnu par l’Etat https://www.syndicat-shiatsu.fr/trouver/
Tous les praticiens ne sont pas adhérents mais c’est une piste car pour être adhérent, il faut remplir plusieurs conditions préalables.
Si vous êtes Lyonnais, je peux vous recommander 2 praticiennes comme vous l’aurez compris dans cet article.

  • Isabelle Randrianatoavina à la Croix-Rousse à Lyon 4e . 07 83 04 67 43
  • Jessica Valter à Tassin-la-Demi-Lune http://jessicavalter.com/

Et vous, avez déjà fait l’expérience de thérapies manuelles comme le Shiastsu, l’Osthéopathie ou l’Acupuncture ?

TOP